retourner
Chapitre 18: Concordance des temps


  18.3 Le verbe demande le congiuntivo

Jusqu' à présent, nous avons parlé des phrases dont le verbe demande l' indicatif. Nous avons dit qu' il faut réajuster les temps si celui qui raconte / s' imagine ce qu' un autre s' imaginait / racontait se trouve dans un espace temporelle postérieure à celui dans lequel se trouve celui dont il parle. Le point de référence est le moment dans lequel se trouve celui dont on parle et pas le moment dans lequel se trouve celui qui en parle. Il est donc logique que cela est aussi valable pour les verbes qui demandent le subjonctif / congiuntivo. Il ne faut pas réajuster les temps, si le verbe est dans un temps du présent, mais si le verbe est au passé, et pour les mêmes raisons, il faut réajuster les temps selon les règles ci-dessous.

congiuntivo presente devient congiuntivo imperfetto
  congiuntivo imperfetto reste congiuntivo imperfetto
  congiuntivo passato devient congiuntivo trapassato

Les exemples suivent le schéma que nous connaissons déjà. Maria s' imagine quelque chose et Andrea raconte ce que Maria s' imagine. La seule différence est que cette fois le verbe qui décrit le type d' imagination demande le congiuntivo / subjonctif. Rien de très compliqué. Le vrai piège est le fait que, tout au contraire du français, credere / croire demande le subjonctif / congiuntivo en italien.

Andrea I: Le verbe est dans un temps du présent.
Andrea II: Le verbe est dans un temps du passé.

Les évènements se sont déroulés avant d' être imaginés
Maria: Lui non è venuto.
  Andrea I: Maria crede che lui non sia venuto.
  Andrea I: Maria croit qu' il n' est pas venu.
  Andrea II: Maria credeva che lui non fosse venuto.
  Andrea II: Maria croyait qu' il n' était pas venu.
Les évènements se sont déroulés au même temps où ils sont été imaginés
  Maria: Credo che lui non venga.
  Andrea I: Maria crede che lui non venga.
  Andrea I: Maria croit qu' il ne vient pas.
  Andrea II: Maria credeva che lui non venisse.
  Andrea II: Maria croyait qu' il ne venait pas.  
Les évènements se sont déroulés après être imaginés
  Maria: Credo che lui non venga.
  Andrea I: Maria crede che lui non venga.
  Andrea I: Maria croit, qu' il ne va pas venir.
  Andrea II: Maria credeva che lui non venisse / sarebbe venuta.
  Andrea II: Maria croyait qu' il n' allait pas venir.

Si le verbe demande le congiuntivo / subjonctif on ne fait pas la différence entre simultanéité et postériorité en français. Pourtant en italien, on peut utiliser, même si le verbe demande le subjonctif, utiliser le condizionale II dans cette circonstance.

Simultanéité / Postériorité si le verbe se trouve dans un temps du présent
  Maria crede che lui non venga.
  Simultanéité / Postériorité si le verbe se trouve dans un temps du passé
  Maria credeva che lui non venisse. / sarebbe venuta.

En résumé: Dans le discours indirect aussi bien que dans la concordance des temps il faut décrire les évènements dans l' ordre chronologique correct. Si nous comprenons que le point de référence autour duquel il faut situer les évènements ira un degré en arrière dans l' axe temporel si le verbe est dans un temps du passé, on comprendra aussi que tous les temps doivent aller un degré en arrière. Vous trouverez dans toutes les grammaires des centaines de règles qui explique l' usage des temps dans le discours indirect / la concordance des temps, mais didactiquement cela n' est pas très utile. Il est plus facile de comprendre que le point de référence est le moment dans lequel se trouve celui dont on parle et pas le moment dans lequel se trouve celui qui en parle. Il faut situer les évènements autour du point de référence. Ceux-ci peuvent avoir eu lieu avant, en même temps , ou après être imaginés ou racontés.

 retourner
Chapitre 18: Concordance des temps


contact mentions légales déclaration de protection de données